« Peninsula » : Du grand spectacle de zombies à la dynamite [Avant-Première]

Ecoutez d’abord le podcast ci-dessous !

.

.

On a tendance à l’oublier, mais peut-être un peu moins depuis Parasite : les Coréens sont doués pour le cinéma ! Après Seoul Station et Dernier Train pour Busan (2016), Sang-Ho Yeon poursuit dans sa lancée sur les films de morts-vivants, avec un troisième du genre. Et c’est toujours du bon boulot.

Quatre ans après l’histoire de Dernier Train pour Busan, la Corée du Sud est plongée dans un monde post-apocalyptique, où seuls les zombies peuplent les lieux. Seuls ? Pas tout à fait… Quand Jung-seok (incarné par Dong-won Gang), rescapé à Hong-Kong, est missionné avec trois autres « soldats » pour retourner sur la péninsule afin de récupérer un camion rempli d’argent, il va faire d’étranges découvertes…

Pour l’ouverture de Peninsula, Sang-Ho Yeon décide de recréer l’univers angoissant du huis-clos de Dernier Train pour Busan, avec cette fois, une scène dans un bateau. Passé ce moment intense qui vous mettra tout de suite dans l’ambiance, le film connaîtra un petit coup de mou, à moitié justifié : le réalisateur coréen prend son temps pour installer son décor de désert urbain, d’une qualité visuelle époustouflante… il prend aussi son temps pour présenter un à un les personnages, qui auront chacun leur rôle à jouer, et une personnalité propre. Une manière de nous montrer qu’il y a plusieurs types de méchants sur cette péninsule, et pas uniquement des zombies…

Pour contraster avec l’ambiance tendue dans laquelle chacun doit lutter pour survivre, le film est rythmé par des scènes de courses de voitures effrénées, réjouissantes pour la rétine, bien qu’elles paraissent souvent improbables (aucun pneu crevé, ni rayures ou panne d’essence !) Les accélérations, virages et crissements de pneus s’enchaînent et feront la joie du spectateur, bien que tout cela manque donc un peu de réalisme.

Dong-won Gang dans le rôle de Jung-seok

Gros point noir : des scènes de ralenti un peu trop nombreuses, qui cassent le rythme de l’action et finissent par décrédibiliser le film dans ces moments. Sang-Ho Yeon aurait pu faire de simples pauses, sans être obligé d’exagérer à ce point… Dommage ! Ajoutez-y une fin légèrement édulcorée, comparée à tout ce qui est arrivé précédemment aux héros du film… mais en tous cas, la morale de l’histoire est sage.

En conclusion, Peninsula est un bon film de zombies, à voir pour se divertir et profiter du spectacle visuel. En plus d’un travail graphique de qualité, il comporte un scénario globalement bien ficelé, des personnages variés et de bons jeux d’acteurs. Mais surtout, il permet de se changer les idées en se téléportant dans ce monde imaginaire cauchemardesque : les termes « virus mortel » et « pandémie » vous feront sûrement sourire, et relativiser, en vous disant que la situation pourrait être bien pire dans la réalité !

16 /20

Sélection officielle Cannes 2020

Fanny BL

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :