[AVANT-PREMIERE] « Permis de construire » : La critique du film + L’interview d’Eric Fraticelli

Passage à la réalisation, casting, thèmes du film… Eric Fraticelli nous dit tout !

.

« Permis de construire » d’Eric Fraticelli : Une comédie par un Corse, pour les Corses, et les non-Corses

Il a fait ses débuts sur les planches, en tant qu’humoriste à Bastia, avec le célèbre duo Tzek et Pido. Il est devenu acteur, d’abord au cinéma (L’Enquête corse), puis sur le petit écran (Mafiosa). Le voilà maintenant derrière la caméra. Eric Fraticelli a bien mené sa barque. Il signe son premier long-métrage en tant que réalisateur et scénariste, Permis de construire… Une comédie tout en finesse sur la Corse, la richesse de ses terres, et le caractère un peu bourru de ses habitants.

.

Romain (Didier Bourdon), dentiste à Paris, vient de perdre son père qu’il n’a pas vu depuis son enfance. A sa grande surprise, ce dernier lui a laissé un terrain en héritage, avec une dernière volonté : y faire construire une maison. Mais la tâche ne sera pas si facile, puisque le terrain en question se trouve… en Corse !

On a eu un peu peur en voyant l’affiche du film. Le titre, « Permis de construire », le décor en arrière-plan, et le macaron « Made in Corsica », laissaient craindre une nouvelle comédie française lourdeaude sur une Corse bien souvent méconnue… Et puis, en regardant de plus près, on a reconnnu Didier Bourdon, et à sa gauche, Eric Fraticelli, ou Pido pour les intimes… du moins, pour les Corses. C’est avec ce nom de scène que l’humoriste bastiais a fait ses débuts, avec son acolyte Jacques Leporati, alias Tzek. Tzek et Pido, duo très connu et adulé dans cette région, grâce à des spectacles à l’humour tranchant et aux blagues hilarantes. Alors, on s’est dit que le résultat pourrait être réussi, quand on connaît le travail d’Eric Fraticelli dans le domaine du rire… Et c’est le cas.

Décor de carte postale, chanson Corsica de Petru Guelfucci (un classique pour les insulaires), personnages à l’accent corse prononcé… Eric Fraticelli démarre son film très fort pour nous montrer à quel point il aime son île. Un peu trop, peut-être : cette ouverture frôlerait presque la publicité d’agence de voyage. Mais on comprend le réalisateur. L’Ile de Beauté porte bien son nom, et ces premières scènes permettent d’en avoir un bon aperçu, pour celles et ceux qui n’y sont jamais allés, ou auraient une idée trop vague de l’endroit.

Eric Fraticelli et Didier Bourdon © Marvelous Productions-Angela Rossi

.

Passé ce « certificat d’authenticité », Eric Fraticelli arrive assez rapidement à trouver un juste équilibre entre le cliché un peu caricatural sur la Corse, et la description réelle et honnête de l’île et de son peuple. Le scénario est simple, mais la formule fonctionne. Surtout, la majorité des blagues fonctionne : le cinéaste ne tombe pas dans le piège de l’humour trop lourd… au contraire, ce dernier est dosé juste comme il faut. Après tout, le risque était moindre venant de la part d’un comédien originaire de là-bas : il est l’équivalent d’un Dany Boon avec ses Ch’tis.

Dans la même continuité, Didier Bourdon, valeur sûre dans le domaine de l’humour, était l’acteur idéal pour donner vie à ce film. Avec Eric Fraticelli, ils forment un duo qui marche comme sur des roulettes. On s’amuse à suivre les aventures rocambolesques des deux compèresmention spéciale pour la scène de conduite dans les virages en état d’ébriété.

Didier Bourdon et Eric Fraticelli © Marvelous Productions-Angela Rossi

.

Le film aborde également des thèmes forts comme l’amitié, la loyauté ou encore l’héritage… Des sujets qui pourraient paraître banals, presque candides pour certains, mais nous rappellent finalement des valeurs parfois oubliées ou mises à l’écart. Voilà ce qui est primordial dans la vie, selon le réalisateur : le contact humain avant tout. Le discours de Permis de construire, qui se concentre au départ sur des éléments matériels (le héros a pour mission de construire une maison en Corse), finit par cette morale, ce donne plus de profondeur à l’ensemble.

Permis de construire est drôle, plein de tendresse, et permet de passer un bon moment sans s’ennuyer. Ce n’est probablement pas le chef d’œuvre du siècle, mais il reste une très bonne comédie, plaisante, sans prise de tête. Au visionnage de ce film, les « continentaux » découvriront une Corse authentique et passionnée (et apprendront de nouveaux mots ou expressions corses, comme « la macagna », l’art de faire des blagues, justement). Quant aux « Corso-corses », ils se sentiront comme à la maison, en famille. Et ça fait du bien.

.

Sélection Officielle au Festival de l’Alpe d’Huez 2021

14 / 20

Fanny BL

2 commentaires sur “[AVANT-PREMIERE] « Permis de construire » : La critique du film + L’interview d’Eric Fraticelli

Ajouter un commentaire

  1. Un film qui ne me tentait pas à première vue mais pourquoi pas, finalement, après avoir découvert ta critique !! Cela me permettrait de retourner en Corse depuis une salle de ciné… En attendant de le faire en vrai !! 😉

    J’aime

    1. Oui je le conseille vraiment ! Tu vas passer un bon moment et rigoler ! En attendant de retourner en Corse pour explorer l’île davantage et faire plus ample connaissance avec ses habitants 😉 Par contre malheureusement il faudra attendre encore un peu avant de le voir… Sa sortie a été repoussée au 9 mars 😥

      J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :