« Prometheus » : Ridley Scott nous « Prométhée » un chef-d’œuvre

Après avoir inauguré la série « Alien », Ridley Scott a décidé de faire marche arrière. Enfin presque. Univers sombre, vaisseaux gigantesques et monstres à foison vous attendent au tournant. Ce « prequel » réservait de nombreuses promesses. Reste à voir si elles sont tenues…

2093. Une fabuleuse découverte est faite par deux archéologues aux quatre coins du monde. Le vaisseau Prometheus part à la conquête d’une planète inconnue. L’objectif : connaître les origines de l’humanité sur Terre. Les aventuriers feront d’étranges découvertes, et ne seront pas près d’oublier ce voyage à l’autre bout de l’univers…

Action ! L’épopée « aliénienne » est de retour, avec son univers futuriste. A peine assis dans votre fauteuil, vous allez décoller vers les étoiles. Vous vivrez l’aventure avec ces hommes de l’espace, comme si vous étiez dans le vaisseau avec eux… Les effets spéciaux sont réussis à la perfection. Le maître Scott est aux commandes que voulez-vous ! La 3D apporte l’effet voulu : on en prend plein la rétine ! Côté atmosphère, vous aurez, dès le début du film, cette impression de claustrophobie à laquelle tient tant le cinéaste. Alien n’est décidément pas loin. Vous vous sentirez enfermés, étouffés, mal à l’aise. Tension dramatique, angoisse et démesure esthétique sont les ingrédients utilisés par Ridley Scott : une recette qui marche !

Avec ce long métrage, le réalisateur prouve qu’il est un chef-d’orchestre hors pair. Mention spéciale à Michael Fassbender (Shame), dans le rôle du robot cynique. Charlize Theron (Young Adult), dans son costume d’insensible patronne du vaisseau, impressionne tout autant. Mais vous devrez surtout vous incliner face à l’actrice Noomi Rapace (Millenium, Sherlock Holmes 2), l’héroïne courageuse de l’aventure, qui enchaîne les péripéties, plus atroces les unes que les autres. Que serait l’origine d’« Alien » sans ses éternels monstres ? Ils sont toujours aussi réalistes et effrayants à souhaits. Même s’ils ont quelque peu changé.

Noomi Rapace dans le rôle d’Elizabeth Shaw

Malheureusement, à trop voir les choses en grand, Ridley Scott s’emballe : le film en devient tarabiscoté et complique toute l’affaire « Alien ». On essaye de faire le lien avec les quatre autres films de la saga. L’avant, l’après, le pourquoi du comment… On s’y perd ! Le réalisateur est allé loin, très loin… Les fans d’Alien risquent d’être déçus. Ils s’attendront à un nouvel épisode à la hauteur de celui de 1979, la modernité et les effets spéciaux en plus. Au final, il faut l’avouer, ce Prometheus est un peu trop plat.

Si l’idée du préquel de la série culte était bonne, elle est mal exploitée. Le besoin de rattacher Prometheus à la saga « Alien » apparaît comme un prétexte pour gagner de l’argent à tout prix. L’idée originale se suffisait tant à elle-même, qu’on se demande souvent pourquoi Ridley Scott a voulu créer un lien entre ses deux créations. Si le cinéaste reste un habile producteur, un faiseur d’images et un maître de l’ambiance, pour le reste, il manque un peu d’inspiration pour atteindre le chef-d’œuvre promis.

14+/20

Fanny BL

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :