« Hitchcock » : En plein cœur d’un film culte

Les biopics poussent comme des pâquerettes à Hollywood ! Une semaine après la sortie de Lincoln, qui raconte la fin de mandat du seizième président des Etats-Unis, c’est au tour du maître du suspense, Alfred Hitchcock, de se faire tirer le portrait.

1959. Alfred Hitchcock, réalisateur reconnu et admiré, arrive au sommet de sa carrière. A la recherche d’un nouveau film, il s’intéresse à l’histoire d’un tueur en série. Mais tout le monde, producteurs comme amis, tente de le décourager. Habituée aux obsessions de son mari, Alma, son épouse et fidèle collaboratrice, accepte de le soutenir au risque de tout perdre. Ensemble, ils mettent tout en œuvre pour achever le film le plus célèbre et le plus controversé de sa carrière : Psychose.

Après son documentaire Anvil ! (2008), Sacha Gervasi, plutôt connu comme scénariste, se lance dans un projet beaucoup plus lourd : réaliser un long-métrage (son premier), relatant le moment-clé de la vie d’Alfred Hitchock. La tâche n’était pas aisée.

Malgré un talent indéniable, Anthony Hopkins (360, 2012), alourdi de prothèses, apparaît faux à l’écran. Il multiplie les efforts pour afficher une posture et une façon de parler authentiques, mais manque d’une finesse nécessaire à l’illusion totale. Sacha Gervasi semble avoir choisi l’acteur davantage pour sa notoriété que pour sa performance et sa ressemblance avec ce personnage en particulier. Il en est de même pour le reste du casting : Scarlett Johansson (Janet Leigh) et Jessica Biel (Vera Miles) collaient-elles à leurs personnages, ou ont-elles été sélectionnées dans un but commercial ? Seul l’inconnu James d’Arcy se détache du groupe : sa ressemblance avec Anthony Perkins est frappante.

Anthony Hopkins dans la peau d’Alfred Hitchcock

Sacha Gervasi se focalise un peu trop sur la vie intime d’Hitchcock et ses problèmes relationnels avec Alma, jusqu’à en oublier le côté « technique » de la réalisation de Psychose, et les conditions de tournage de l’époque, bien plus intéressants. Cela dit, le cinéaste met en lumière de façon ingénieuse la collaboration artistique du couple et multiplie les anecdotes (la célèbre scène de la douche est très réussie), mettant en avant le caractère combatif d’Alfred Hitchcock, ses obsessions et ses sautes d’humeur. Le tout est agrémenté d’une note humoristique et pétillante qui rend le personnage attachant.

Œuvre majeure mélangeant le thriller et le film d’horreur, Psychose est, aujourd’hui encore, considérée comme un film culte dans l’histoire du cinéma, et son réalisateur comme l’un des grands maîtres du 7ème Art. Si vous n’allez pas voir ce film en tant que cinéphile, ce sera pour élargir votre culture générale. Hitchcock reste avant tout instructif et pédagogique. De plus, la chute vaut vraiment le détour.

Note : 14/20

Fanny BL

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :