[Grands Classiques] « West Side Story », de Robert Wise et Jerome Robbins

Ce n’est pas parce que les cinémas sont fermés qu’il faut arrêter de voir des films, bien au contraire ! Et on vous fait confiance pour avoir continué… Que ce soit à la télé, en DVD, ou même, soyons fous, en VHS (!), ce confinement est l’occasion idéale pour réviser ses classiques ! L’Oreille Cinéphile a dépoussiéré pour vous quelques pépites du 7ème Art, à voir ou à revoir, non seulement pour s’instruire, mais aussi pour se faire plaisir. Allez, hop, on allume son poste, et on démarre avec West Side Story !

.

Nouveauté dans cet article : commençons par un petit quiz ! Voici des extraits des 4 chansons les plus connues de West Side Story.

.

Extrait n°1

Extrait n°2

Extrait n°3

Extrait n°4

.

→ Pour les personnes qui n’ont jamais vu le film, la ou lesquelles de ces chansons connaissiez-vous déjà ou aviez-vous déjà entendues quelque part ?

→ Pour celles et ceux qui auraient déjà vu le film / le connaissent par cœur, laquelle est votre préférée ou vous trotte le plus facilement dans la tête ?

Donnez vos réponses en commentaire de l’article ou en message privé 😉

Les titres des chansons sont à retrouver en bas de l’article, de couleur blanche, et il faudra surligner le texte pour les découvrir !

.

West Side Story : Le chef-d’œuvre à 10 Oscars

Écoutez tout d’abord le petit podcast ci-dessous 🙂

.

.

La musique de Leonard Bernstein, les danses rythmées du gang des Jets et les claquements de doigts des Sharks résonnent dans nos oreilles à la simple évocation du titre « West Side Story ». Près de 60 ans après sa sortie au cinéma, ce chef-d’œuvre de comédie musicale n’a pas pris une ride. La preuve : Steven Spielberg en a fait un remake, dont la sortie est repoussée à fin 2021, Covid oblige.

Dans le New York des années 1950, quartier du West Side, deux bandes rivales s’affrontent et se haïssent : les Sharks, de Bernardo (George Chakiris), des immigrés d’origine portoricaine, et les Jets de Riff, des Américains d’origine polonaise, irlandaise et italienne, issus de la classe ouvrière blanche. La situation va se corser quand Tony (Richard Beymer), ancien membre des Jets, tombe follement amoureux de Maria (Natalie Wood), la sœur de Bernardo.

Résumer l’histoire de West Side Story à une adaptation américaine de Roméo et Juliette de William Shakespeare serait un raccourci un peu trop facile et réducteur, même si les créateurs du film assument totalement s’être inspirés de cette œuvre théâtrale du XVIème siècle. On a d’ailleurs tendance à l’oublier : le film de 1961 est adapté d’une comédie musicale de Broadway éponyme, créée quatre ans plus tôt, et non l’inverse.

Richard Beymer et Natalie Wood dans les rôles de Tony et Maria

Petite révolution

Malgré cette étiquette de « comédie musicale » pouvant faire penser à une ambiance niaise ou édulcorée – pour les plus gros clichés -, West Side Story est très sombre : il aborde des sujets sérieux, comme la délinquance chez les jeunes et le racisme, mais surtout l’immigration, sujet brûlant à l’époque, puisque des affrontements ethniques commençaient à naître à New York, et que les immigrés avaient beaucoup de mal à s’intégrer dans l’American way of life.

Qu’est-ce qui fait de West Side Story un film unique ? D’abord parce qu’il va donner un tout autre aspect au genre « comédie musicale », en plein déclin à Hollywood au début des années 1960 : à travers la danse, le film dénonce le degré de violence avec lequel deux gangs pouvaient s’affronter. Autre élément qui, lui, va révolutionner le genre « comédie musicale » : pour la première fois, c’est la chorégraphie qui fait avancer l’action, et non plus seulement les chansons. D’ailleurs, aucun autre film ne l’a fait après celui-ci à ce jour… Dernière grande nouveauté au cinéma, concernant la séquence d’ouverture : la caméra filme Manhattan en vue aérienne, avant de zoomer sur le quartier du West Side, puis sur les protagonistes… chose inédite à l’époque.

Un personnage à part entière

Mais surtout, West Side Story ne serait pas aussi incontournable sans sa musique, très riche, avec des mélodies marquantes. Déjà compositeur de la comédie musicale de Broadway, Leonard Bernstein a aussi écrit la partition du film. Preuve que c’est un élément omniprésent et indispensable : les dix premières minutes sont uniquement musicales, avant l’apparition d’un quelconque dialogue. Sans oublier que de nombreuses chansons de West Side Story, comme « America », « I feel pretty » ou encore « Tonight », sont devenues cultes, comme vous l’avez peut-être constaté avec le quiz du début de l’article.

Ci-dessous : la scène de la chanson « America », avec Rita Moreno alias Anita, et George Chakiris alias Bernardo, seconds rôles qui leur ont valu un Oscar chacun :

.

Point négatif : la plupart des acteurs ont été doublés pour les séquences chantées, sauf George Chakiris, qui avait déjà joué dans la comédie musicale montée à Londres (dans le rôle de Riff), et Natalie Wood, pour la dernière chanson du film… Difficile d’être à la fois bon acteur, danseur et chanteur !

Pour en revenir au positif, il ne faut pas oublier de mentionner les scènes de danse magnifiques du film, chorégraphiées par Jerome Robbins, également crédité comme coréalisateur. Tout comme Leonard Bernstein pour la musique, il s’était déjà occupé des chorégraphies de la comédie musicale de Broadway.

Au centre : George Chakiris dans le rôle de Bernardo

.

Finalement, les 10 Oscars de West Side Story en 1962 sont amplement mérités, qu’il s’agisse de celui du meilleur film, de la meilleure réalisation ou de la meilleure musique. En revanche, le chef-d’œuvre n’arrive qu’à la 51ème place au classement des 100 meilleurs films de l’American Film Institute, mis à jour en 2007… et ça, c’est incompréhensible !

Retour vers le futur

Il fallait de l’ambition pour vouloir toucher à l’empire que représente West Side Story… Quelqu’un a osé, et il n’est autre que le grand Steven Spielberg ! Sur ce point, l’idée est rassurante : même s’il s’agit de sa première comédie musicale, on fait confiance au papa d’E.T. pour faire du très bon boulot, comme d’habitude. Son long-métrage, qui est une adaptation du musical original, et non du film de Robert Wise, est déjà dans la boîte… mais sa sortie, prévue cette année, a été reportée au 10 décembre 2021 aux États-Unis, en raison de l’épidémie de Covid-19… Il va donc falloir patienter encore un peu pour la France !

Rita Moreno et Steven Spielberg sur le tournage du remake de West Side Story
Copyright Twentieth Century Fox

.

Si Steven Spielberg a décidé de conserver les scènes musicales du spectacle original, il a tout de même fait appel au compositeur David Newman, frère du célèbre Thomas Newman, pour lui demandé « d’arranger » la musique originale de Bernstein. L’idée rend assez dubitatif… Qu’est-ce que cela signifie vraiment ? C’est d’une oreille craintive que nous allons le découvrir.

Côté casting, Ansel Elgort et Rachel Zegler sont les futurs Tony et Maria. Le premier, repéré dans la saga dystopique Divergente (2014 à 2016) face à Shailene Woodley, pourrait faire l’affaire. Quant à sa partenaire, une actrice latino-américaine, âgée de 17 ans au moment du tournage… A voir comment cette jeune pousse va se dépatouiller avec un si grand rôle, qui sera donc son premier au cinéma.

Ansel Elgort et Rachel Zegler dans les rôles de Tony et Maria
Copyright Twentieth Century Fox

.

Enfin, Steven Spielberg ne voyait pas le film se faire sans Rita Moreno, alias Anita dans la version originale. L’actrice de 88 ans est de retour, dans la peau d’un personnage nouveau, spécialement conçu pour elle (l’épicière Valentina), mais aussi en tant que productrice exécutive du film.

Hormis pour ce rôle qui semble intéressant par sa symbolique, on espère simplement que ce « West Side Story nouvelle génération » ne sera pas un pur produit Disney, qui est, précisons-le, est distributeur du film. Il possède en tous cas un avantage non négligeable par rapport à son prédécesseur : les jeunes acteurs feront tout eux-mêmes : jouer, danser et surtout chanter, sans être doublés.

Les Jets (g.) face aux Sharks (dr.) – Copyright Twentieth Century Fox

Fanny BL

Extrait n°1 : « America » – Extrait n°2 : « I feel pretty » – Extrait n°3 : « Maria » – Extrait n°4 : « Tonight »

Un commentaire sur “[Grands Classiques] « West Side Story », de Robert Wise et Jerome Robbins

Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :