« Dune » de Denis Villeneuve : Une fresque visuelle craquelée par endroits

Ecoutez d’abord ce podcast !

.

.

On présente souvent Dune comme le « cousin » plus ou moins éloigné de Star Wars, pour son univers de science-fiction futuriste, et les nombreuses similitudes entre l’adaptation du livre de Frank Herbert et la saga de George Lucas. On ne nie pas tous ces points communs, mais les deux mastodontes cinématographiques restent tout de même assez différents… La raison principale ? Le Dune de Denis Villeneuve ne s’adresse pas à tous les publics.

.

.

Paul Atreides (Timothée Chalamet), jeune homme doté d’un don exceptionnel, cherche son identité, et tâche de trouver sa place dans le monde. S’il veut préserver l’avenir de sa famille et de son peuple, il devra se rendre sur la planète Arrakis, la plus dangereuse de l’univers, mais la seule pouvant fournir la ressource la plus précieuse : l’Epice. Paul devra alors combattre des forces maléfiques, prêtes à tout pour prendre le contrôle de cette planète désertique.

Après Premier Contact (2016) et Blade Runner 2049 (2017), Denis Villeneuve reste dans le domaine de la science-fiction et s’attaque à un très gros morceau : Dune, roman de Frank Herbert paru en 1965, et adapté une première fois au cinéma en 1984, par David Lynch. Forcément, il est presque inévitable de comparer ces deux adaptations. Denis Villeneuve donne un vrai coup de jeune à la version de Lynch qui a plutôt mal vieilli, notamment au niveau de sa qualité visuelle. On conseille tout de même à celles et ceux qui n’ont pas lu le livre de voir le film de David Lynch – qui reste un classique -, si vous voulez accroître votre culture cinéma.

C’est indéniable : les effets spéciaux de ce nouveau Dune sont très réussis et flattent notre rétine. Ajoutez-y une photographie irréprochable, réalisée par Greig Fraser, ainsi que des combats spectaculaires, et des costumes magnifiques, mélange de modernité et d’époque médiévale. Tel sont les principaux atouts du film, et la raison pour laquelle il faut absolument voir ce dernier sur grand écran – si vous décidez de le voir.

Timothée Chalamet dans le rôle de Paul Atreides © Warner Bros. Entertainment Inc. All Rights Reserved – Courtesy of Warner Bros. Pictures and Legendary Pictures 2020

.

Car si vous n’êtes pas un grand fan de science-fiction, mieux vaut passer votre chemin. Dune ne s’adresse malheureusement pas à tous les publics : il faut vraiment adhérer à l’univers pour rester captivé tout au long du film. Si ce n’est pas le cas, l’ennui risque de pointer le bout de son nez assez tôt, probablement au bout de la première heure de ce long-métrage qui dure 2h36. Heureusement, le casting 5 étoiles rehausse le tout, et abrège les quelques temps morts du film : une joyeuse bande composée de Rebecca FergusonOscar Isaac, Javier Bardem, Jason Momoa, Stellan Skarsgård, Dave Bautista, Charlotte Rampling, et des jeunes coqueluches d’Hollywood, Timothée Chalamet et Zendaya.

Autre petit inconvénient : la bande originale de Dune, composée par Hans Zimmer, est légèrement exagérée par sa grandiloquence. Un peu trop ressemblante à la musique de l’émission télévisée Koh-Lanta (parfois jusqu’à faire sourire), elle applique une étiquette « blockbuster » au film sans qu’il en ait besoin, du moins selon le tympan sensible de L’Oreille Cinéphile.

Zendaya dans le rôle de Chani © Warner Bros. Entertainment Inc. All Rights Reserved – Courtesy of Warner Bros. Pictures and Legendary Pictures 2020

.

Reste que Dune comporte des messages forts et intéressants, comme la protection de l’environnement, avec l’épuisement des ressources naturelles et un retour aux origines : l’air et l’eau, par exemple, deviennent des richesses indispensables, et plus que jamais, des besoins vitaux. Le film dénonce aussi des fléaux comme la colonisation… des thèmes abordés, à l’époque, par Frank Herbert dans son livre, mais totalement applicables à notre société actuelle, et plutôt bien traités à l’écran par Denis Villeneuve.

A priori, vous n’avez encore rien vu : ce remake de Dune est conçu en deux parties en raison de la complexité de son histoire, avec une suite qui se concentrera beaucoup plus sur le personnage de la Fremen Chani, incarnée par Zendaya. La première partie est d’ailleurs présentée par son réalisateur comme « un avant-goût, un hors-d’œuvre de la deuxième partie qui reste à venir, et qui sera le plat principal ». Les plus courageux et les plus passionnés iront voir cette suite. Les autres iront soit par simple curiosité, soit parce qu’ils se seront trompés de salle

14+ / 20

Fanny BL

Rebecca Ferguson, Zendaya, Javier Bardem et Timothée Chalamet © Warner Bros. Entertainment Inc. All Rights Reserved – Courtesy of Warner Bros. Pictures and Legendary Pictures 2020

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :