« The Secret » : Beaucoup de bruit pour rien…

Après son dernier film Martyrs sorti en 2008, le réalisateur français Pascal Laugier tente l’aventure américaine « The Secret ». Mission réussie ? Pas complètement. L’Oreille Cinéphile décrypte pour vous ce thriller angoissant et audacieux, mais finalement un peu décevant.

À Cold Rock, petite ville minière isolée des États-Unis, de nombreux enfants disparaissent chaque jour sans laisser de traces. D’après les habitants, ils sont enlevés par un individu mystérieux appelé « Tall Man ». Mais pour Julia (Jessica Biel), le médecin de cette ville sinistrée, ce ne sont que des légendes urbaines. Jusqu’à ce qu’un nouveau drame arrive…

Il y a tous les éléments pour faire un bon film. L’esthétisme est réussi : ses décors sombres et froids rappellent ceux de Silent Hill. L’atmosphère est glauque et oppressante. Elle pose tout de suite l’intrigue principale : vous serez immédiatement plongés au cœur de l’histoire, pris dans les filets de « The Secret ». La bande originale (composée par Todd Bryanton) apporte une touche d’intensité supplémentaire au film.

Le suspense est au rendez-vous. Plus on entre dans l’histoire, plus on veut en connaître davantage. Jessica Biel (Total Recall, Valentine’s Day) est touchante dans son rôle de femme dévastée mais courageuse. Et soudain, un retournement de situation va tout faire basculer. Les personnages ne sont pas ceux que vous croyiez, le mystère en est un autre… Mais L’Oreille Cinéphile ne vous en dévoile pas plus ! Pascal Laugier est gourmand : il enchaîne les coups de théâtres. Restés sans repères, vous vous posez des questions. Il est alors difficile de lâcher prise !

Jessica Biel dans le rôle de Julia Denning

Mais voilà : à force de vouloir nous embrouiller, Pascal Laugier y parvient ! Habitué à faire des films où le fantastique et l’étrange dominent, il revient en force avec les mêmes ingrédients… un scénario compliqué en prime ! A partir de la moitié du film, les énigmes se bousculent, et donnent trop de fausses pistes, si bien qu’on se perd en route ! L’idée de base est bien pensée mais finalement trop peu maîtrisée. Le résultat est complètement farfelu !

Le film est tout de même porteur d’un message : il donne une vision pessimiste de l’éducation et de la misère sociale. Une vérité dérangeante que le réalisateur souhaitait soulever, mais à quel prix ! On nous promettait un « nouveau Sixième Sens » : l’argument est très commercial, puisque The Secret reste loin, très loin du chef-d’œuvre de M. Night Shyamalan.

L’écriture de Pascal Laugier n’arrive pas à la cheville de l’atmosphère qu’il arrive à créer. C’est dommage ! Il y a beaucoup de promesses pour seulement une moitié de film palpitante, et beaucoup d’interrogations pour une réponse illusoire… Au final, comme le laissait entendre le titre, c’est beaucoup de bruit pour rien !

10+/20

Fanny BL

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :