« Marius » et « Fanny » : Le pari risqué de Daniel Auteuil

Après La fille du puisatier (2011), Daniel Auteuil repasse derrière la caméra pour adapter la trilogie Marius – Fanny – César, tirée de l’œuvre de Marcel Pagnol. Le cinéaste ne fait pas les choses à moitié puisqu’il sort les deux premiers volets en même temps, et se positionne en acteur vedette, dans l’un des trois rôles principaux.

L’histoire se déroule à Marseille, dans le Bar de la Marine tenu par César et son fils Marius. Ce dernier est partagé entre l’appel de la mer et son amour pour Fanny, elle-même courtisée par le vieux Panisse. Bien que Marius et Fanny prévoient de se marier, la jeune femme préfère laisser sa liberté à son amant et le pousse à partir. Dans le 2ème film, Fanny se trouve dans une position dramatique et va devoir sauver l’honneur de sa famille…

Une chose est sûre : les adaptations de Daniel Auteuil sont des copies conformes des originaux ! L’acteur-réalisateur adapte mot pour mot, voire scène pour scène les versions réalisées au début des années 1930 par Alexander Korda (Marius) et Marc Allégret (Fanny). Les seuls éléments intéressants des films sont la technique de réalisation et la couleur. Quant aux acteurs, ils manquent d’assurance et de maturité, notamment Raphaël Personnaz et Victoire Belezy (qui, elle, a l’excuse de tenir son premier rôle). Daniel Auteuil a finalement préféré la beauté de ses personnages à leur qualité de jeu, au détriment de l’accent marseillais, élément pourtant majeur de la trilogie.

Raphaël Personnaz et Victoire Belezy dans les rôles de Marius et Fanny

Cependant, Fanny est bien plus maîtrisé que Marius. Il aura fallu un film entier pour que Daniel Auteuil se mette en jambes. Dès le début du deuxième volet, le spectateur est de nouveau immergé dans l’ambiance marseillaise des années 1930. Cette fois la magie opère… un peu.

Au final Daniel Auteuil a deux casquettes : celle, déjà confirmée, d’acteur talentueux, et celle, décevante, d’un réalisateur encore débutant. L’admiration pour Marcel Pagnol et l’attachement au patrimoine provençal sont bien présents, mais ces atouts n’ont pas été suffisants pour détrôner les œuvres d’origine.

Note : 10/20

Daniel Auteuil, en bas, dans le rôle de César

Fanny BL

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :