« Ma vie avec Liberace » : Steven Soderbergh voit la vie en rose

Après Magic Mike (2012), Steven Soderbergh fait revivre le pianiste Liberace le temps d’un film, en s’inspirant du livre Behind the Candelabra, de Scott Thorson. Mais ce n’est pas tout : le réalisateur s’entoure aussi d’un casting détonnant. Luxe, fourrure, paillettes… Bienvenue à Las Vegas !

1977. Liberace, artiste exubérant et bête de scène, poursuit sa carrière fulgurante. Malgré la différence d’âge et de milieu social, il entame une liaison secrète avec le jeune Scott Thorson. Récit de la relation la plus marquante de la vie du pianiste. 

Steven Soderbergh nous en met plein la vue. Diamants, villa de rêve, voitures d’époque… Tout y est. Le spectateur se familiarise tout de suite avec l’univers de Liberace. Le film présente une esthétique hors-du-commun, avec des costumes, décors, et maquillage sublimes. Le réalisateur a décidé de se focaliser sur un pan de la vie de l’artiste. Ce choix rend le film plus concis et moins ennuyeux… A tel point qu’on en oublie parfois son aspect biographique.

Côté acteurs, Michael Douglas brille de mille feux. Son rôle de « vieille folle en fin de carrière » lui va comme un gant. Quant à Matt Damon, pimpant et plein d’énergie, il semble rajeuni de dix ans. Leur duo, convaincant, fonctionne à merveille.

Michael Douglas dans le rôle de Liberace

Autre atout : la place importante donnée à l’humour. Contrairement à un Secret de Brokeback Mountain plutôt sombre, Ma vie avec Liberace adopte la frivolité, mais laisse crédibles les scènes plus sérieuses.

A l’heure où le mariage homosexuel fait encore débat, le film délaisse toute scène choquante ou voyante pour se concentrer sur une relation amoureuse passionnelle entre deux hommes. Certains spectateurs pourraient cependant être choqués par le côté « politiquement incorrect », présent malgré tout.

Ma vie avec Liberace a plusieurs fonctions : à la fois divertissant, spectaculaire, mais surtout instructif, il nous rappelle aussi que l’argent, le succès ou la drogue ne rendent pas un homme plus heureux. Une chose est sûre : on peut féliciter Steven Soderbergh de ne pas prendre le biopic à la légère. Épatant !

15/20

Michael Douglas et Matt Damon dans les rôles de Liberace et Scott Thorson

Fanny BL

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :