« Blue Jasmine » : Le sacre de Cate Blanchett

Woody Allen poursuit son rythme de réalisateur effréné : un an après le sympathique mais banal To Rome with love, le réalisateur se ressaisit et vise juste. La clé du succès ? Cate Blanchett, époustouflante. Retour cette fois aux Etats-Unis, direction San Francisco, pour une aventure tristement amusante !

La vie de rêve de Jasmine vole en éclat lorsqu’elle découvre que son mariage avec Hal, un homme d’affaire fortuné, n’est que mensonges et escroqueries. La quadragénaire vient alors s’installer dans le modeste appartement de sa sœur Ginger, afin de remettre de l’ordre dans ses idées.

Après trois films mettant en scène plusieurs protagonistes, Woody Allen décide à nouveau de se concentrer sur une seule personne, comme dans Whatever Works ou Match Point. Le cadre est resserré : le spectateur se focalise sur l’héroïne, et suit pas à pas son histoire, allant d’un passé bienheureux à un présent chaotique…

La merveilleuse Cate Blanchett nous dévoile ici une facette méconnue de son jeu d’acteur, dans son rôle de femme désorientée et névrosée. Cette « quadra déprimée » nous rappelle un personnage similaire : celui de Charlize Theron, alias Mavis Gray dans Young Adult. A la fois drôles et pathétiques, les deux femmes, pourtant sûres d’elles, voient leur destin condamné. Dans Blue Jasmine, on reconnaît bien là l’empreinte de Woody Allen, maître incontesté de l’humour noir !

Cate Blanchett dans le rôle de Jasmine

Clair et concis, Blue Jasmine véhicule le genre de thèmes chers au réalisateur : les amours déchues, l’argent, le statut social, la solitude… L’histoire nous rappelle que dans la vie tout peut basculer d’un moment à l’autre, qu’on le veuille ou non.

Le grand Woody Allen a plus d’un tour dans son sac : 2013 est une année fructueuse pour le réalisateur new-yorkais, qui signe, une fois de plus, un film stupéfiant. Vieillissant ? Retraité ? Pas pour ce cher Woody, qui arrivera toujours à nous étonner ! La preuve : le film vient de dépasser les 30 millions de dollars au box-office américain. Un record pour le cinéaste.

Tout le mérite revient à sa nouvelle muse, Cate Blanchett. Au bout de 19 ans de carrière, l’actrice nous prouve qu’elle est au sommet de son art. Espérons que ce succès lui vaudra une nomination à la prochaine cérémonie des Oscars, le 2 mars 2014. Car s’il doit y avoir une gagnante, c’est bien elle.

15+/20

Fanny BL

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :