« Si je reste » : Un mélo pour ados surprenant

Hasard ou fatalité, les teen movies sont remis au goût du jour. Seulement un mois après Nos étoiles contraires de Josh Boone, R.J. Cutler propose avec ce premier long métrage, sa propre version du « drame sentimental pour ados ». Si je reste est tantôt niais, tantôt crédible, mais toujours riche en émotions.

Entre ses cours de violoncelle, le temps passé avec sa famille et son petit ami Adam, Mia mène une vie idéale. Mais tout bascule le jour où elle subit un terrible accident de voiture. Entre vivre ou mourir, la jeune fille devra faire un choix crucial.

Le très caricatural scénario de Si je reste ne promet ni monts ni merveilles. A sa manière, il réussira tout de même à en éblouir plus d’un. Adapté du roman éponyme de Gayle Forman, le film s’adresse en premier lieu à de jeunes adultes. L’héroïne, elle-même adolescente, connaît les premiers émois, une passion pour la musique… des événements auxquels les jeunes s’identifient facilement.

Grâce à une technique de flashback habilement utilisée, qui ajoute par petites touches des éléments du passé de l’héroïne, le film aborde le thème incontournable du destin et les questionnements existentiels qu’il suscite, mettant l’accent sur les choix à faire au cours d’une vie. Malheureusement, le côté teenager reprend trop souvent le dessus : une histoire d’amour très utopique, des éléments narratifs parfois trop tragiques et une fin cousue de fil blanc font perdre au film sa crédibilité.

Chloë Grace Moretz dans le rôle de Mia Hall

Le film doit surtout son intérêt au talent de ses interprètes – notamment Chloë Grace Moretz, étoile montante récemment vue dans Sils Maria d’Olivier Assayas (sélectionné au festival de Cannes 2014) -, mais aussi à sa présence musicale, aussi bien au premier plan (tous les personnages baignent dans la musique) qu’au second (grâce à une bande originale incroyable).

Si je reste est une belle ode à la vie et à l’amour. S’il n’est pas accessible à tous les publics, le film trouve malgré tout le moyen de nous toucher par sa sensibilité et sa sincérité, que ce soit par l’image – ces « moments uniques » que nous avons tous connus -, le son – toute une palette de styles de musique -, ou par sa réflexion intéressante sur la fragilité de l’existence.

14/20

Fanny BL

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :