« Tenet » de Christopher Nolan : Le plaisir de rembobiner

Écoutez le podcast ci-dessous !

.

.

On ne présente plus Christopher Nolan et son style « science-fiction-faille-spatio-temporelle-prise-de-tête » ! Dans la lignée de ses films précédents, Tenet met en scène un espion (John David Washington) qui voyage à travers le temps et l’espace pour sauver le monde d’une troisième Guerre mondiale.

.

Après l’univers du rêve dans Inception (2010) et de l’astronomie dans Interstellar (2014), le réalisateur s’intéresse à nouveau au fil du temps, avec une technique qui rappelle beaucoup celle de Memento (2000) : rembobiner la pellicule. Dans Tenet, il va encore plus loin : le héros doit évoluer dans deux mondes différents, le monde « normal », dans lequel nous vivons, et celui de l’inversion, qui correspond à la fois au futur, et au passé du récit. Vous suivez ?

Ce rembobinage, Christopher Nolan en use et en abuse, mais toujours de manière intelligente, et esthétique – ce qui est encore plus agréable sur grand écran. Avec Nolan, le spectateur aura toujours une garantie : celle de voir des choses inhabituelles au cinéma. On retiendra la spectaculaire scène de crash d’avion dans un hangar (d’ailleurs tournée avec un vrai avion !) ou encore la course-poursuite de voitures, dont certaines « avancent » à reculons, et d’autres font des tonneaux « à l’envers ».

John David Washington dans le rôle du « protagoniste »

Au niveau du casting, le jeu de John David Washington est impeccable. L’acteur nous avait déjà convaincus quand il incarnait Ron Stallworth dans BlacKkKlansman de Spike Lee (2018). Mention spéciale à Kenneth Branagh (Dunkerque, 2017), impressionnant dans la peau du méchant à l’accent russe (Sator). Là encore, comme dans Inception, cet ennemi redoutable a systématiquement un coup d’avance – et on dira même un « temps d’avance » – sur le héros.

Même si nous ne sommes pas spécialement tous fans de son style, il y a une chose que l’on ne pourra pas nier : Christopher Nolan est un génie. Il sait exactement où il va, et ce qu’il fait. Contrairement à certains cinéastes, il a une vraie histoire à raconter, des choses à (essayer de) nous expliquer… Mais surtout, Christopher Nolan attire un public cosmopolite, qu’il soit élargi et amateur de blockbusters, ou averti et avide de cinéma indépendant.

15/20

Elizabeth Debicki dans le rôle de Katherine

Fanny BL

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :