« Le Discours », de Laurent Tirard : Benjamin Lavernhe sauve l’honneur

Ecoutez ma critique dans le podcast ci-dessous :

.

.

Retranscrire sur grand écran le monologue intérieur d’un trentenaire en plein chagrin d’amour : tel était l’objectif de Laurent Tirard avec Le Discours, adapté du livre éponyme de Fabcaro (2018). Le film doit surtout son intérêt à la performance réussie de Benjamin Lavernhe… hormis quelques bonnes idées de mise en scène, il n’est pas indispensable.

.

On les connaît, ces fameux dîners de famille, avec l’incontournable gigot, les discussions sans fin, et les mêmes anecdotes racontées depuis des années. Adrien (Benjamin Lavernhe) est coincé à l’un de ces dîners chez ses parents, avec sa sœur Sophie (Julia Piaton) et son futur beau-frère, Ludo (Kyan Khojandi).  Alors qu’Adrien sort d’une rupture, ou plutôt, est en « pause » avec Sonia (Sara Giraudeau), Ludo lui demande de faire un discours pour leur mariage…

Le pari était risqué, et le projet, assez saugrenu : adapter un livre dont l’histoire se passe uniquement dans la tête du personnage principal. Difficile de recréer des « pensées » sur grand écran… On admire donc l’ambition du réalisateur Laurent Tirard, fan de toute l’œuvre de Fabcaro.

Le scénario du Discours est très respectueux du livre de Fabcaro, voire même trop : bien que Laurent Tirard (Le Retour du Héros) prenne de rares libertés, en changeant parfois l’ordre de certaines anecdotes racontées par Adrien, cela reste très discret, et il n’y a pas vraiment de prise de risque de la part du réalisateur. Celles et ceux qui ont lu le livre de Fabcaro (dont L’Oreille Cinéphile) se rendront bien vite compte de ce copié-collé. En bref, bien que Laurent Tirard se soit désigné comme scénariste du film, l’écriture, les dialogues et les blagues doivent leur qualité uniquement au talent de Fabcaro. Les touches d’humour et de poésie étaient, elles aussi, déjà présentes dans l’œuvre originale. Rien de bien nouveau sous le soleil, donc…

François Morel, Guilaine Londez, Julia Piaton et Kyan Khojandi © Les Films Sur Mesure – Photo Christophe Brachet

.

Tout comme dans le livre, Laurent Tirard choisit une narration non linéaire… et heureusement, sinon l’ennui aurait vite pointé le bout de son nez ! Son film comporte quelques scènes drôles, pas au point de se fendre la poire, mais suffisamment pour passer un bon moment.

Parmi les bonnes idées : celle de faire tomber le quatrième mur, avec un personnage principal qui s’adresse directement au spectateur, face caméra, comme si nous étions avec lui, ou bien dans sa tête. Les scènes de réalisme en côtoient d’autres de fantasmes, parfois absurdes – dans le bon sens du terme. Laurent Tirard emmène également le spectateur dans le passé et les souvenirs d’Adrien : on comprend de manière ludique ce qui a amené Sonia à vouloir faire une « pause », et on se prend au jeu.

Benjamin Lavernhe dans le rôle d’Adrien – © Les Films Sur Mesure – Photo Christophe Brachet

.

Dans la peau d’Adrien : Benjamin Lavernhe, excellent. L’acteur était déjà très brillant dans Le Sens de la fête d’Eric Toledano et Olivier Nakache (2017)… Ici, il sauve la mise, et permet au Discours de ne pas devenir une comédie ronflante et sans saveur. Pour être totalement honnête, sans lui, le film n’aurait tout simplement aucun intérêt. Le choix de casting était donc réussi, mais seulement pour ce rôle : celui de Sonia est incarné par une Sara Giraudeau très enfantine et trop éloignée de la jeune femme fougueuse décrite dans le roman – du moins, de l’idée qu’on s’en faisait. Le reste de la famille est grotesque, avec des acteurs au jeu assez fade, sauf peut-être Kyan Khojandi, qui reste potable.

On s’y attendait déjà un peu au visionnage de la bande-annonce : Le Discours ne possède pas assez de qualités pour marquer les esprits, et ses quelques bonnes idées tournent vite en rond. Heureusement, le film ne dure qu’1h28, car au-delà, il aurait été alourdi par des longueurs, et aurait fini par lasser et faire rire jaune, malgré un rythme plutôt soutenu. A voir pour se divertir, et encore.

12+ / 20

Sélection officielle Cannes 2020

Sélection officielle de l’Alpe d’Huez 2021

Guilaine Londez, François Morel, Benjamin Lavernhe, Sara Giraudeau, Julia Piaton et Kyan Khojandi © Les Films Sur Mesure – Photo Christophe Brachet

.

Fanny BL

2 commentaires sur “« Le Discours », de Laurent Tirard : Benjamin Lavernhe sauve l’honneur

Ajouter un commentaire

  1. Très bonne critique. J’ai vu le film et même ressenti. J’ai passé un bon moment ! Et maintenant, j’ai le livre qui m’attend. Mais sur les conseils d’une très bonne amie, je vais attendre un peu avant de le lire… 😉

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :