« Benedetta » de Paul Verhoeven : La critique + Podcast « 5 films à l’église »

Podcast : 5 films qui se passent à l’église

.

.

« Benedetta » de Paul Verhoeven : quand la foi outrepasse la raison

Paul Verhoeven avait déjà ébranlé les consciences avec son film précédent, Elle (2016). Avec Benedetta, il s’attaque à d’autres sujets épineux : le poids de la foi en Dieu, les ravages d’une épidémie, ou encore l’homosexualité au sein de l’Église, à une époque où la religion était omniprésente dans le quotidien des gens, et où les mœurs étaient beaucoup plus hermétiques.

.

.

Au XVIIème siècle, alors que la peste noire se propage en Italie, Benedetta Carlini (Virginie Efira) intègre très jeune le couvent de Pescia en Toscane. Depuis son enfance et grâce à un lien particulier avec la Sainte-Vierge, elle est capable de faire des miracles, et est vénérée par son entourage… mais la situation se complique quand elle rencontre Bartoloméa (Daphné Patakia).

Le film est adapté du roman de Judith C. Brown, Sœur Benedetta, entre sainte et lesbienne, publié en France en 1987, et tiré de faits réels : Benedetta Carlini était une religieuse catholique italienne du XVIIème siècle, ayant vécu le même sort que dans le long-métrage. Le fait de savoir qu’elle a réellement existé renforce la part de vérité, et déclenche l’intérêt du spectateur. Le sujet titille notre curiosité par son caractère inhabituel : on a du mal à imaginer comment l’homosexualité pouvait être perçue à une époque aussi lointaine (même si on a quand même une vague idée), en particulier dans le monde religieux.

Au vu de la façon dont est présenté et médiatisé le film, on pourrait d’ailleurs croire, au premier abord, que l’homosexualité féminine est le cœur du film… mais c’est en fait beaucoup plus complexe que cela. En dehors de celui du sexe, bien sûr très présent dans l’histoire, deux autres thèmes sont dominants : la religion bien sûr, et la violence, en rapport avec le corps et ses pulsions… Des thèmes récurrents dans la filmographie de Paul Verhoeven, auxquels s’ajoute ici celui de l’imposture.

Daphné Patakia et Virginie Efira dans les rôles de Bartoloméa et Benedetta – © Guy Ferrandis

.

Dans Benedetta, on sent bien tout le poids de la religion – archi-présente à cette époque -, et l’intérêt du réalisateur pour cette pratique, mais aussi la difficulté de la vie quotidienne, avec l’épidémie de peste qui ravageait les populations. La maladie devient d’ailleurs un personnage à part entière dans le film.

Ce n’est pas une nouveauté : Paul Verhoeven, surnommé « le Hollandais violent », aime les sujets controversés. Le cinéaste néerlandais aime provoquer, mais paradoxalement, sans en faire trop : son propos tient la route. Il installe un climat de mystère et d’ambiguïté, et questionne la morale à travers ce personnage de nonne schizophrénique. Le juste équilibre est trouvé entre la situation sanitaire de l’époque, la sexualité, et les manigances politiques de l’Église pour étouffer une affaire scandaleuse.

Mais parlons de Virginie Efira, alias Benedetta. L’actrice, qui avait déjà travaillé pour Paul Verhoeven (dans Elle), est plutôt convaincante dans la peau de cette nonne mystique, et même beaucoup plus que dans Adieu les cons d’Albert Dupontel, le dernier film dans lequel elle a joué. Ici, elle s’approprie son rôle, elle l’habite complètement. Clairement, ce rôle était taillé pour elle.

Virginie Efira dans le rôle de Benedetta – © Guy Ferrandis

.

Il est intéressant de voir comment Virginie Efira joue le rôle d’une femme qui elle-même « joue la comédie ». Quand Benedetta a des visions, le spectateur les vit avec elle, dans sa tête (plusieurs scènes sont représentées avec Jésus, ou plutôt, l’image qu’elle se fait de lui). Son personnage croit tellement à ses propres délires qu’on se demande continuellement si elle est vraiment dans le mensonge ou non. Le doute est plus que permis. Et c’est grâce à cette incertitude permanente que le film est réussi.

Dans tous les cas, que vous l’aimiez ou non, ce film aura forcément un impact sur vous. Il va vous marquer d’une manière ou d’une autre, et ne pourra pas vous laisser indifférent. C’est une expérience à vivre, à partir du moment où on est déjà un peu tenté par le sujet de départ, ou que l’on est attiré par le casting. Ce dernier, compléter par Charlotte Rampling et Lambert Wilson, est d’ailleurs un sans-faute.

En compétition au 74ème Festival de Cannes, Benedetta aurait mérité un prix, sans que ce soit forcément la Palme d’Or (attribuée à Titane de Julia Ducournau, le 17 juillet 2021), par exemple celui de la mise en scène. Il repart finalement bredouille. En tous cas, une chose est sûre : Paul Verhoeven n’en a pas fini avec Jésus. La preuve : le cinéaste s’apprête à adapter au cinéma le livre qu’il a lui-même écrit sur le Christ (Jésus de Nazareth, 2015), cet homme qui a réellement existé, selon lui.

16 / 20

Film en compétition au Festival de Cannes 2021

Charlotte Rampling dans le rôle de Sœur Felicita / Abbesse – © Guy Ferrandis

Fanny BL

.

.

.

Musiques entendues dans le podcast 

♪ « Salve Regina », interprété par le Chœur des Moines de l’abbaye Notre-Dame de Tamié – IDOL Distribution – Sony ATV Publishing. Production : Bayard Musique

♪ Morceau « Aucun loup dans la bergerie », tiré de la bande originale du film Grâce à Dieu de François Ozon (2019), composée par Evgueni Galperine et Sacha Galperine

♪ Morceau « L’abbaye », tiré de la bande originale du film Les Innocentes d’Anne Fontaine (2015), composée par Grégoire Hetzel

♪ Musique originale du film Habemus Papam de Nanni Moretti (2011), composée par Franco Piersanti

♪ Morceau « Corridor of Crosses », tiré de la bande originale du film La Nonne de Corin Hardy (2018), composée par Abel Korzeniowski

2 commentaires sur “« Benedetta » de Paul Verhoeven : La critique + Podcast « 5 films à l’église »

Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :