« My Son » de Christian Carion : Le thriller était presque parfait

Podcast : retrouvez ci-dessous la critique de « My Son » !

.

.

Plutôt connu pour ses films historiques (Joyeux Noël, L’Affaire Farewell), Christian Carion se tourne une deuxième fois vers un nouveau genre, déjà exploré avec Mon Garçon : le thriller. Le réalisateur français a justement décidé d’en faire son propre remake, avec la même histoire, mais un casting et des décors différents. Alors, le jeu en valait-il la chandelle ?

.

Edmond Murray (James McAvoy) s’est éloigné de sa femme (Claire Foy) et de son fils de sept ans pour poursuivre une carrière internationale. Mais lorsque le garçon est porté disparu, ce père de famille, désormais divorcé, réapparaît soudainement. Prêt à tout pour retrouver son fils, Edmond décide de mener l’enquête lui-même, et se lance dans une traque impitoyable.

« On n’est jamais mieux servi que par soi-même » : telle pourrait être la devise de Christian Carion, qui a décidé de faire un remake de son propre film… Et il a raison : au moins, il n’a aucun risque d’être déçu. Aux yeux du cinéaste, il s’agit même là d’une « autre déclinaison, d’un autre film ». Après le Vercors dans Mon Garçon (2017), le cinéaste nous emmène cette fois dans les Highlands en Ecosse, avec leur climat sombre et humide qui instaure tout de suite une ambiance mystérieuse. Sur le plan visuel, vous en prendrez plein la vue avec tous ces paysages, et aurez immédiatement envie de voyager en Ecosse.

L’une des prouesses du film, c’est le défi proposé par Christian Carion à son acteur principal, James McAvoy : jouer dans un long-métrage sans connaître le scénario à l’avance. Une technique déjà utilisée avec Guillaume Canet pour Mon Garçon, et un exercice très intéressant, qui met l’acteur à rude épreuve et donne plus d’authenticité à son jeu, puisqu’il doit totalement improviser. Les sentiments exprimés par James McAvoy, comme la peur ou l’angoisse, sont donc plus sincères. L’acteur et le spectateur sont dans le même bateau : ni l’un, ni l’autre ne sait ce qui va se passer.

James McAvoy dans le rôle d’Edmond Murray © Metropolitan FilmExport

.

James McAvoy est le réel atout du film : l’acteur, toujours aussi saisissant, n’a de toute façon plus besoin de prouver son talent, depuis sa prestation époustouflante dans Split (2016), et sa suite, Glass (2019) de M. Night Shyamalan, où il incarne plus de dix personnalités différentes. Ici, son rôle de père absent est remarquable, surtout quand on sait dans quelle circonstances il a joué.

Face à lui : une Claire Foy correcte, bien que sa respiration constamment saccadée rende son interprétation très légèrement exagérée. Malgré tout, le duo qu’elle forme avec James McAvoy fonctionne bien.

Le seul reproche que l’on peut faire au film : une fin un peu abrupte, brouillon, et donc un brin décevante, comparée à tout le reste. La mayonnaise montait à merveille jusqu’à ce dernier quart d’heure, et on a la désagréable impression que Christian Carion a voulu se dépêcher. Or, il aurait pu prendre son temps et se permettre 20 bonnes minutes supplémentaires, pour mieux nous expliquer la fin… On en sort légèrement frustrés, mais rassurez-vous : cela ne gâche pas l’ensemble du film. On vous le conseille vivement, ne serait-ce que pour faire un tour en Ecosse, et pour découvrir ou re-découvrir l’incroyable talent de Monsieur McAvoy.

16 / 20

Fanny BL

Claire Foy dans le rôle de Joan Richmond © Metropolitan FilmExport

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :